Et oui, pas toujours simple de faire face aux difficultés qui jalonnent nos journées ou aux imprévus de dernière minute qui nous pourrissent la vie… surtout quand on est une femme débordée et qu’on a plein de choses à penser et à gérer par ailleurs ! Certains problèmes sont plus complexes que d’autres. Et nous ne sommes pas toujours d’aplomb d’un point de vue émotionnel ou corporel (quand la fatigue est grande) pour les affronter comme il se doit.

Dans cet article, je te propose quelques conseils pour mieux gérer les soucis du quotidien. Par contre, par « soucis », je n’inclus pas les difficultés graves de la vie comme une maladie lourde ou la perte subite d’un être cher…

Tout problème a une solution, ou bien vous faites partis du problème.

Albert Einstein

Les difficultés font partie de la vie :

Tout d’abord, ce serait un fantasme de penser qu’on peut avoir une vie sans difficultés. Tout le monde en a, même les individus les plus riches et les personnes à qui tout semble sourire!

Surmonter les difficultés de la vie

Crédit photo : Free-Photos

 

Une des clés réside dans notre perception du problème :

L’important n’est pas la difficulté en elle-même mais la façon de la vivre. Si on prend 2 personnes qui sont confrontées au même problème, ce dernier ne sera pas vécu de la même façon. Pourquoi ? Parce qu’à toute difficulté s’ajoutent le filtre de nos émotions, de nos croyances, de nos valeurs, de nos expériences passées, de notre ouverture d’esprit, de notre degré d’optimisme dans la vie …

Par exemple :

  • une personne qui aura déjà eu à résoudre le problème par le passé, sera mieux armée face à ce nouveau problème qu’une personne qui le vit pour la 1ère fois
  • quelqu’un qui est habitué à gérer des imprévus en permanence, ne serait-ce que par la nature de son métier, sera plus serein pour gérer un nouveau problème.

Donc, surmonter les obstacles de la vie courante dépend grandement de notre perception et de notre façon d’appréhender la situation.

Le problème n’est pas le problème. Le problème est votre attitude face au problème.

Jack Sparrow

Changer son état d’esprit face aux difficultés :

Il est très difficile de régler un problème si on a la croyance qu’on ne va pas pouvoir le résoudre et si on reste dans le même état d’esprit. Prendre de la distance vis-à-vis de la situation est le meilleur moyen d’y faire face. Une solution est de se mettre dans un état de détente grâce,  par exemple, à une série de respirations conscientes et profondes ou via une petite relaxation… Une fois notre esprit calmé, on peut alors reconsidérer la situation qui nous paraitra sans aucun doute moins complexe qu’au premier abord.

Les problèmes importants que nous éprouvons ne peuvent se solutionner sur le plan de la pensée où nous les avons crées.

Albert Einstein

Mettre son focus là où on a du pouvoir :

On a souvent tendance à porter son focus sur les choses qu’on ne maîtrise pas et à les faire tourner en boucle dans notre tête : le contexte économique, une grève, la météo, le retard d’un train, les décisions gouvernementales, les embouteillages… N’ayant aucun pouvoir sur ces événements, on se sent impuissant.

Une solution est de porter son attention là où nous avons du pouvoir. Cela revient à passer de la question :

  • “pourquoi” : pourquoi cela m’arrive à moi, pourquoi il y a toujours des bouchons à cet endroit là, pourquoi le gouvernement a pris cette décision… ?
  • à “comment” : comment puis-je m’y prendre pour résoudre le problème, comment puis-je faire autrement pour le contourner ?

Le fait de se poser la question du « comment » nous incite à être dans la recherche de solutions et dans l’action. Or, agir permet de couper court à nos cogitations mentales et de diminuer l’impact émotionnel que la difficulté peut représenter pour nous. Être dans l’action permet d’avoir un sentiment de maitrise sur le problème.

Faire face aux problèmes

Crédit photo : Free-Photos

Considérer notre problème à l’échelle d’une vie :

Lorsqu’on est confronté à un tracas de la vie quotidienne, une astuce est de faire appel au mécanisme du temps. Cela consiste :

  • à fermer les yeux et à se projeter dans 1 an, 5 ans, 10 ans voire lors de notre dernier souffle
  • et à se demander quelle importance notre problème aura alors à ce moment là.

Bien souvent, on ressent le fait qu’il n’aura plus aucune importance. Et on saisit mieux alors que son impact émotionnel est important là, tout de suite, maintenant, mais qu’au fond, ce n’est pas grand chose à l’échelle d’une vie.

Imaginons qu’une personne joue une pièce de théâtre et qu’elle rate sa 1ère représentation. Sur le coup, elle est contrariée, elle s’en veut, se sent nulle. Mais au fond d’elle, elle sait que c’est un mauvais moment à passer, qu’elle va faire ce qu’il faut pour réussir les prochaines représentations et que dans 10 ans, elle en rigolera.

Prendre du recul

Jouer sur les contrastes :

Lorsqu’on vit une difficulté, il peut être bon de voir en quoi cela aurait pu être pire. C’est un très bon moyen pour relativiser.

Par exemple, si notre maison est cambriolée et qu’on nous a volé de l’argent, on peut rester focalisé sur ce manque à gagner ou se dire que la maison aurait pu être complètement saccagée, qu’on aurait pu perdre des objets d’une grande valeur sentimentale…voire qu’on aurait pu se retrouver nez à nez avec les cambrioleurs.

Penser à des personnes bien plus en difficulté que nous :

Un autre conseil dans la même veine est de penser à des personnes qui sont confrontées à des difficultés bien plus importantes que les nôtres. Cela peut être des personnes de notre entourage que nous connaissons personnellement ou des « mentors » qu’on admire.

Parmi mes « mentors », je citerais Louis Derungs qui, à 22 ans, s’est retrouvé amputé des deux bras suite à une électrocution. Il a été brûlé à plus de 50% et a passé plusieurs semaines dans le coma. Ensuite, il s’est battu avec une force et un mental incroyables, pour se reconstruire. Il a inventé les équipements qui allaient lui permettre de retrouver une vie normale. Et depuis son accident, il a relevé plusieurs défis sportifs, a écrit un livre, a monté sa startup, est devenu coach… Bref, c’est un jeune homme incroyable! D’ailleurs, je te recommande vivement de lire son livre.

Tout ça pour dire que, dans les moments difficiles, il peut être bon de penser à ce genre de personnes et de considérer notre problème à la lueur de ce qu’elles ont eu à vivre. Un excellent moyen de relativiser !

Difficultés plus grandes que les siennes

Lister tout ce qui va bien :

Au lieu de rester focalisé sur la complication qui nous pourrit momentanément la vie, il peut être libérateur de se lister tout ce qui va bien dans notre vie par ailleurs. Cela permet de remettre l’église au milieu du village et de se dire «il y a ce truc qui ne va pas mais à part ça, tout le reste est ok». C’est toute la puissance de la gratitude dont j’ai eu l’occasion de parler dans un précédent article.

Voir aussi les avantages :

Quand on a l’impression que la vie nous met des battons dans les roues, on ne voit généralement que les inconvénients. Or, rien n’est jamais totalement noir. A toute situation, il y a certes des inconvénients mais aussi des avantages. C’est juste que, pris sous le coup de nos émotions, on ne les voit pas.

Par conséquent, un conseil est de s’obliger à lister tous les bénéfices de la situation :

  • les forces, talents, compétences que cela nous force à développer
  • le fait de nous remettre en question
  • les erreurs que nous allons ainsi éviter dans le futur
  • l’optimisation de certains de nos processus qui ne sont pas suffisamment fiables aujourd’hui.

Mieux gérer ses émotions

Crédit photo : Free-Photos

En profiter pour apprendre de ses erreurs :

Les difficultés rencontrées peuvent être des opportunités pour apprendre au maximum de nos erreurs. Ok j’ai eu un moment difficile à vivre. Mais qu’est-ce que je peux faire la prochaine fois pour que cela ne se reproduise pas ?

Pour reprendre mon exemple du théâtre, la personne pourrait se poser les questions suivantes :

  • Comment puis-je encore mieux me préparer ?
  • Quelles sont les parties de la pièce que je dois encore travailler ?
  • Quelles sont les techniques qui peuvent me permettre de mieux maîtriser mon trac ?

Avec les erreurs, on apprend. Avec le temps, on comprend.

Grandir via les difficultés de la vie :

Les obstacles qu’on rencontre au quotidien ne sont pas agréables à vivre. Par contre, il faut bien voir que certains nous font grandir en nous obligeant à sortir de notre zone de confort, à faire autrement, à être créatif pour trouver des solutions, à changer certaines habitudes… Ils nous permettent de développer des talents, des compétences qui nous seront utiles pour le reste de notre vie.

Voici un exemple personnel : après le bac, j’ai tenté médecine. Cela a été une année extrêmement difficile de par le rythme intense des cours, une ambiance exécrable et cerise sur le gâteau, j’ai essuyé un bel échec. Avec le recul, je sais que cela a été une aubaine :

  • car je pense sincèrement que je ne me serais pas épanouie dans le domaine médical
  • cela m’a obligé à chercher ce qui pouvait me correspondre encore mieux
  • j’en suis sortie avec une détermination à toute épreuve pour réussir la suite de mon cursus scolaire.

On peut aussi voir que pour grandir, il est nécessaire de sortir de sa zone de confort et d’effectuer de  nouvelles choses. Or, qui dit « sortir de sa zone de confort » dit forcément « surmonter des obstacles ». Le fait même d’avoir des problèmes à résoudre signifie que nous sommes en train de nous développer.

L’huître forme une perle à partir d’un grain de sable qui la dérange. Ainsi, d’un problème dans sa vie, elle en fait une œuvre d’art.

O.M. Avaïnhov

 

En conclusion :

Oui, les difficultés ne sont pas agréables à vivre mais on peut arriver à en diminuer l’impact émotionnel en utilisant toutes les techniques qui permettent de prendre du recul. A toi de tester et de trouver ce qui fonctionne le mieux pour toi. Et au-delà de ça, elles ne sont pas que négatives. Au contraire, elles nous obligent à nous dépasser, à développer en nous des forces et des talents bien utiles pour la suite.

N’hésite pas à me dire en commentaire ce que tu en penses et quelles sont les méthodes qui marchent pour toi.

Au plaisir de te lire.

Delphiane

Comment mieux surmonter les tracas du quotidien?
Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.